les 5 Meilleurs Films sur la Finance

Jordan Belfort devient trader à Wall Street en pleine crise financière de 1987 et perd rapidement son job. Qu’à cela ne tienne ! Il fonde Stratton Oakmont à Long Island et fait fortune grâce aux « penny stocks », actions volatiles et faiblement capitalisées, idéales pour pratiquer le « pump and dump », c’est à dire la manipulation des cours…

avec Leonardo di Caprio, Jonah Hill, Margot Robbie

5/5

2. the Big Short (2015) -Adam McKay

A l’aube de la crise des subprimes, Michael Burry, le gérant du fonds Scion Capital, parie sur l’éclatement de la bulle spéculative du marché immobilier et achète massivement des Credit Default Swap (CDS) auprès de grandes banques d’investissement. Le titre du film vient du mot short : vente à découvert.

avec Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling et Brad Pitt

5/5

3. l'Outsider (2016) -Christophe Barratier

Jérôme Kerviel est un pur produit de la méritocratie républicaine. Diplômé d’un Master universitaire, il rentre au sein de la Société Générale en tant qu’assistant, puis accède à la salle de marché en tant que trader. Avide de reconnaissance, il met ses talents à l’oeuvre et prend des positions monstrueuses.

avec Arthur Dupont, François-Xavier Demaison, Sabrina Ouazani

5/5

4. Margin Call (2011) -JC Chandor

Dans un marché immobilier haussier, les principales banques commercialisent et possèdent des Collateralized Debt Obligation (CDO), des morceaux de prêts immobiliers titrisés et classés en fonction de la solvabilité des particuliers emprunteurs. Qui donc se positionnera le premier à la vente ? Probablement Goldman Sachs, qui fera chuter les cours en soldant rapidement ses positions.

avec Kevin Spacey, Simon Baker, Paul Bettany, Jeremy Irons, Demi Moore

5/5

5. l'Enquête (2015) -Vincent Garenq

Denis Robert est un journaliste courageux, on pourrait même dire qu’il a une paire de couilles grosses comme l’Alaska. Son livre Révélation$, co-écrit avec Ernest Backes, dénonce le manque de traçabilité des transactions financières effectuées par la société Clearstream, entité luxembourgeoise leader de la discipline devant Euroclear et Swift. La mise à jour des comptes « non publiés » est le point de départ d’affaires opaques, comme celle des frégates de Taiwan.

avec Gilles Lellouche, Charles Berling, Grégoire Bonnet

5/5

Bonus. the Hummingbird Project (2018) -Kim Nguyen

Deux ingénieurs, Vincent et son cousin Anton, sont salariés d’une boîte de HFT (High Frequency Trading) dirigée par Eva Torres. Vincent décide de s’affranchir de sa patronne et de créer sa propre entreprise pour construire une nouvelle fibre optique, en ligne droite entre 2 Bourses US : le KAX (Kansas City) et le NYSE (New York). L’objectif visé est de faire un aller-retour entre les deux exchanges en 16 ms. Problème, La belle Eva Torres a choisi la technologie micro-onde, plus rapide car elle s’affranchit de l’indice de réfraction de la silice.

Notre avis : malgré de bons acteurs, le film manque de fondement technique. La scène avec les Amish reprochant la cupidité des entrepreneurs est un peu trop cliché.

avec Jesse Eisenberg, Alexander Skarsgard, Salma Hayek

5/5

Notes : Dans la vraie ce n’est pas entre Kansas City et New York que les premières connexions rapides se sont construites mais entre le CME (Chicago Mercantile Exchange) et New York. Curieux choix du réalisateur que de choisir le KAX ?! En effet en 2007, la société Spread Networks  dépensa 30 M$ pour construire un cable de 1327 kms entre New Jersey et Chicago. Cette fibre permit de gagner 3 ms, pour atteindre une latence de 6.49 ms en 2012. Mais c’est en changeant de technologie que la guerre a la vitesse a commencé. En effet, la lumière dans le verre ne se déplace pas à la vitesse de la lumière c = 300.000 m/s, mais à la vitesse v = c /n, avec n indice de réfraction de la lumière dans le milieu, typiquement 1.47 pour un verre à base de silicate. Pour gagner de la vitesse il suffit de choisir un milieu l’indice de réfraction est le plus proche possible du vide (n=1) : l’air atmosphérique. C’est pour cette raison que la technologie micro-onde a étét remise au goût du jour avec le trading haute fréquence. Des sociétés comme McKay, Cyrus One, Vigilant ou Scientel se sont alors battues pour acheter les pylones les plus proches de la ligne droite séparant les deux Bourses. Comme la terre est ronde et que les ondes se propagent en ligne droite, il faut donc des pylones élevés pour réduire le nombre de répéteurs ! Ainsi en 2012, la latence CME/NYSE est de 4.366 ms, pour atteindre 4 ms fin 2018. 

Pour en savoir plus, lire « 4 » l’excellent ouvrage d’Alexandre Laumonier sur la course aux infrastructures du trading haute fréquence.

 

... et les reportages ARTE ?

Le paradoxe avec les reportages d’Arte, c’est que ces productions censées être des documentaires sont au final moins riches d’enseignement que les films cités ci-dessus ! En 2018, la chaîne critiquait vertement la banque HSBC… sans réellement apporter de preuves convaincaintes…

0/5

… puis en 2019 ce fut le tour du fonds de gestion BlackRock, censé être à l’otigine de tous les maux. Ce qui est fort dommage pour l’audience c’est que les mécanismes de base d’un ETF -cet outil fabuleux- ne sont jamais expliqués. Impasse ! A croire que ce fruit de la coopération franco-allemande a pour seul but d’éloigner l’épargnant craintif de ces produits faiblement chargés en frais au profit de produits plus… traditionnels comme les fonds euros par exemple. En effet du point de vue de l’Europe, mieux vaut que nos concitoyens financement de la dette européenne plutôt qu’ils n’investissent dans le S&P 500 !

0/5

Reportage diffusé le 27 mars 2020, sans aucun rapport avec la crise du Covid-19. En faisant abstraction des commentaires alarmistes de la voix off, les interviews de Haim Bodek, Alexandre Laumonier, J. Doyne Farmer, Stéphane Tyc sont riches d’enseignements.

0/5
Catégories

Découvrez l’offre de notre partenaire MyHeritage.fr, leader des tests ADN !