Formes de rémunération

Le courtier se rémunère de plusieurs manières : soit il vous facture des honoraires pour le service rendu, soit il reçoit une rétro-commission de la part de ses banques partenaires, soit les deux à la fois.

  • Les honoraires doivent être clairement mentionnés dans le “mandat de recherche de financement”. Vous devez absolument pouvoir les quantifier avant de signer ce mandat. Ils sont généralement plafonnés à 1.2% du capital emprunté, et peuvent éventuellement être intégrés dans le financement. Ces honoraires ne peuvent être facturés QUE si vous contractez effectivement un prêt par l’intermédiaire du courtier.
  • Les rétro-commissions sont beaucoup plus obscures et font l’objet d’un accord entre la banque et la courtier. Fiscalement, la banque considère le courtier comme un “apporteur d’affaires” et est ainsi libre de le rémunérer à sa guise. Il va de soi que toutes les sommes perçues par le courtier diminuent d’autant vos capacités de négociation !

Quelque soit la nature des frais de courtage, cette relation commerciale entre banque et courtier implique une certaine loyauté au fil du temps : comme le courtier est un “apporteur d’affaires” pour la banque, il vous sera impossible de traiter directement avec une banque préalablement contactée par l’entremise d’un courtier. Pensez donc à mentionner noir sur blanc les banques que vous souhaitez exclure du mandat de recherche.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.