les 3 types de traders selon John C. Hull

Bibliographie

Cet article est inspiré de l’ouvrage de John C. Hull « Options, Futures and Other Derivatives » 6th edition, Prentice-Hall of India, 2006 (c’est donc une édition anglophone)

"Hedgers"

Un hedge fund est souvent traduit par fonds spéculatif. Or, en finance, to hedge ne veut pas dire spéculer mais plutôt l'inverse : se couvrir. Un hedger est donc un trader qui réduit son risque en utilisant des produits dérivés tels options et futures.

Exemple

En mai, un investisseur achète 1000 actions Microsoft à 28$ pièce, sa position est donc de 28.000$.
L’investisseur veut se couvrir contre le risque de baisse du titre.
L’investisseur achète 10 contrats d’option put échéance juillet strike 27.50$. Ce contrat lui donne le droit de vendre 1000 actions Microsoft à 27.50$ en juillet. Il se hedge. Le contrat coût 100$ (un contrat = 100 actions), donc la couverture lui coûte 1000$.


Nous étudions 2 scenarios

  • Scenario baissier : si l’action Microsoft cote moins de 27.50$ en juillet, l’investisseur peut exercer son contrat d’option et revendre sa position pour 27.50$. Son gain est donc de 1000 x (27.50$ – prix du marché) – 1000$
  • Scenario haussier : l’investisseur conserve ses actions et perd le prix de son assurance. La couverture qui lui a coûté 1000$ n’est pas utilisée. Sa perte est de 1000$.

"Speculators"

Alors que les hedgers veulent réduire leur exposition face aux mouvements du marché, les speculateurs veulent prendre de nouvelles positions sur ce marché. Les spéculateurs parient à la hausse ou à la baisse en achetant ou en vendant un actif avec un effet de levier.

Exemple

Un investisseur souhaite spéculer sur la hausse du titre Amazon à 2 mois.

Son capital est de 2000$.

En octobre, l’action cote 20$ et le contrat d’option call échéance 2 mois strike 22.50$ coûte 1$.

En décembre, nous étudions 2 scénarios

  • Scenario Haussier :  l’action vaut 27$
  • Scenario Baissier : l’action vaut 15$
Stratégie actions
  • Scenario Haussier : l’investisseur achète 100 actions à 20$ (-2000$) et les revend 27$ (+2700$). Son gain est donc de +700$.
  • Scenario Baissier : l’investisseur achète 100 actions à 20$ (-2000$) et les revend 15$ (+1500$). Sa perte est donc de -700$.
Stratégies options
  • Scenario haussier : l’investisseur achète 20 contrats qui lui donne le droit futur d’acheter 2000 actions Amazon à 22.50$ (-2000$). En décembre, il exerce son option d’achat, son gain sur les actions est de 2000 x (27$ – 22.50$) – 2000$ = 7000$
  • Scenario baissier : l’investisseur achète 20 contrats qui lui donne le droit futur d’acheter 2000 action Amazon à 22.50$ (-2000$). En décembre, il n’exerce pas son option d’achat et perd le prix du contrat. Sa perte est de 2000$.
Conclusion

l’effet de levier peut multiplier les gains (+7000$ contre +700$), mais peut également multiplier les pertes (-2000$ contre -700$)

"Arbitrageurs"

Les arbitrageurs (en français dans le texte), prennent plusieurs positions simultanées sur plusieurs marchés. Le risque global du trade est fortement limité.

Exemple

Une action cote 172$ sur la bourse du New York Stock Exchange. Cette même action cote 100£ sur la bourse du London Stock Exchange. Le taux de change est de 1.75$/£. Un arbitrageur peut simultanément acheter 100 actions sur le NYSE et les vendre sur le LSE.

Son gain est de 100 x ( -172$ + (1.75$ x 100) ) = 300$

Cet exemple ne tient pas compte des frais de courtage et des frais de change. En pratique ces frais peuvent être prohibitif pour un investisseur particulier.

Conclusions

Les produits dérivés comme les options et les futures sont des produits de marché : ils sont cotés et échangeables sur plusieurs places de marché dans le monde.

Il existe également d’autres produits dérivés comme les turbos ou les warrants. Ce ne sont pas des produits de marché mais des produits d’émetteurs : la cotation est assuré par l’établissement qui commercialise ces produits et non par un marché financier.

La presse financière francophone (Investir, Le Revenu) fait souvent allusion à ces produits dérivés  d’émetteurs accessibles aux particuliers sans réelles connaissances des marchés. Ces produits ne sont pas utilisés par les professionnels des marchés comme les 3 types de traders évoqués. Il nous semble donc préférable de se tenir à distance des produits d’émetteurs et de réunir les connaissances nécessaires à l’appréhension des options et des futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.