Construire un portefeuille Long/Short avec Interactive Brokers

« Long » signifie position haussière. L’investisseur attend soit une plus-value lors d’une revente ultérieure, soit la perception régulière de dividendes. C’est donc une position à la fois spéculative et un investissement.

« Short » signifie position baissière ou, vente à découvert. L’investisseur va d’abord emprunter un titre à un tiers, le vendre sur les marchés, puis le racheter à un prix potentiellement inférieur, et enfin le restituer au tiers. Cette position est purement spéculative car l’investisseur ne touche pas les dividendes. Il est impossible de vendre à découvert dans les PEA ou Assurances Vie.

« Equity » est lié à la détention d’une partie du capital d’entreprises côté en bourse : des actions (par opposition, lorsque le capital est fixe on parle de non côté, ou private equity).

Constituer un portefeuille Long/Short présente donc plusieurs avantages, dont celui de bénéficier d’un effet de levier. Prenons l’exemple d’un investisseur doté d’un capital de 100.000€. S’il vend 30% de ce capital en titres à découvert, il dispose donc de 130.000€ de liquidités, qu’il peut donc utiliser pour acheter d’autres titres.

L’efficacité d’une stratégie Long/Short repose donc sur la capacité de l’investisseur à sélectionner, le plus souvent au sein d’un même secteur, les titres les plus enclins à s’apprécier (pour les acheter) et les titres ayant des perspectives baissières (pour les vendre), sur la base de savantes analyses fondamentales.

Pour plus d’explications, le lecteur peut par exemple se référer à l’excellent ouvrage de Gérald Autier : « Leçons de stratégie des meilleurs investisseurs » édité chez Maxima.

Le Portfolio Builder d'Interactive Brokers

En tant que professionnel de la finance, la construction d’un tel portefeuille doit faire l’objet d’une solide analyse fondamentale des sociétés étudiées. En tant que particulier, une alternative « moutonnière » consiste à suivre les conseils d’experts, soit publiés dans la presse financière, soit rassemblés dans les screener de votre courtier préféré. C’est ce dernier type de conseil qui est utilisé dans l’outil IB dont nous détaillons les étapes ci-dessous :

Choix du levier

La plupart des stratégies Long/Short utilise un levier allant de 20% (120/20) à 50% (150/50). Dans cet exemple nous allons utiliser le levier le plus classique de 30%, donc 130 Long et 30 Short.

Choix du secteur

Il est possible de sélectionner les titres par secteur, et même par sous-secteurs. Dans notre exemple nous choisissons les REIT (Real-Estate Investment Trust), faisant partie de la Finance, mais il serait également possible de choisir des familles de REIT spécialisés, comme l'hôtellerie, l'immobilier d'entreprise, les centres commerciaux ou les hangars.

Choix des analystes et filtres

Il est possible d'utiliser les conseils des anaystes les plus connus comme Morningstar ou Thestreet, et même de les pondérer. Il est également possible de combiner ces analyses avec des filtres basés sur les indicateurs fondamentaux du titre (capitalisation, dividend, variations, P/E, Price/Book etc)

Choix de la fourchette de Prix et de l'indice

Il est possible de filtrer les titres sur leur prix et sur l'indice auquels ils appartiennent. Malheureusement, seuls les indices américains sont représentés (SPX, DJX, NDX et RUT).

Composition du portefeuille et backtest

L'outil indique ensuite les titres constituant respectivement les positions long et short. A noter qu'il est possible de choisir le nombre de ligne totale du portefeuille. La fonction backtest permet de comparer la performance passée du portefeuille et de la comparer à un indice type SPY.

Passage d'ordre

Une fois la stratégie défininie vient la phase d'investissement. Les ordres sont automatiquement crées, par défaut au marché, mais il est possible de poser des ordres type Limite.

Conclusion

Cet outil, développé par un courtier américain, et dédié exclusivement au marché action américain, a le mérite de permettre au particulier de créer en mode semi-automatique son premier portefeuille Long/Short, ou en d'autres termes, équivalent donc à un petit Hedge Fund d'après le modèle de AW Jones. Pour l'instant les courtiers européens ne possèdent pas d'un tel outil. En attendant, il est toujours possible de prendre des positions à découvert sur le marché français via le SRD (Service de Réglement Différé), mais le nombre de titre disponibles est grandement limité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.